Cette page concerne l'année 1858 (MDCCCLVIII en chiffres romains) du calendrier grégorien.
Chronologies
Années :
1855 1856 1857  1858  1859 1860 1861
Décennies :
1820 1830 1840  1850  1860 1870 1880
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Événements

Afrique

  • 9 juin, Cameroun : Alfred Saker fonde de la ville de Victoria. Le 23 août, les Britanniques signent un traité avec roi William de Bimbia[7]. Une cour d’équité est installée.
  • 24 juin : Napoléon III supprime le Gouvernement général de l’Algérie et le remplace par un ministère de l’Algérie et des Colonies confié à son cousin, Jérôme Napoléon[8], qui tente quelques réformes dont certaines auraient dû aboutir à une politique d’assimilation, mais se heurte, sur de nombreux points, aux militaires et donne sa démission en 1859[9].
  • 3 août : l’explorateur britannique John Hanning Speke, en recherchant les sources du Nil découvre le lac Victoria en Afrique orientale mais ne pénètre pas dans les terres[1].
  • 5 août : un décret modifie le régime de la propriété privée en Égypte[10]. Il abolit le monopole d’État sur le sol et donnera naissance à une classe de propriétaires terriens puissants. Par ailleurs, les carrières d’officiers supérieurs sont ouvertes aux Égyptiens : désormais, l’armée sera le vivier d’officiers nationalistes.
  • 9 août : le maréchal Jacques Louis Randon démissionne de son poste de gouverneur de l’Algérie[11]. Le poste est supprimé le 31 août jusqu’en 1860. Le même jour, le général de Mac-Mahon est nommé commandant en chef des forces de terre et de mer de l’Algérie[12].
  • 30 août : un conseil municipal est réuni à Tunis avec pour mission l’élaboration de réformes politiques et administratives[13]. Parmi ses membres, Kheireddine Pacha, un réformateur qui a voyagé en Europe mais qui se réfère plus volontiers à l’expérience démocratique connue sous le gouvernement du prophète.
  • 27 octobre : décret centralisant à Paris l’administration de l’Algérie et attribuant aux préfets les pouvoirs que détenait le gouverneur général[14].