Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibraltar (homonymie).

Gibraltar

Blason de Gibraltar
Armoiries
Drapeau de Gibraltar
Drapeau
Image illustrative de l’article Gibraltar
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Statut politique Territoire d'outre-mer
(revendiqué par l'Espagne)
Capitale Gibraltar
Gouvernement
- Chef d'État
- Gouverneur
- Chef du gouvernement
- Maire de Gibraltar

Élisabeth II
Ed Davis
Fabian Picardo
Kaiane Aldorino
Démographie
Gentilé Gibraltariens
Population 32 247 hab. (2016[1])
Densité 4 742 hab./km2
Langue(s) Anglais (officiel)
Espagnol et llanito (non officiels)
PIB (2008)
 · PIB/hab.
1,275 milliard de $
43 000 $
Géographie
Coordonnées 36° 08′ 16″ nord, 5° 20′ 43″ ouest
Superficie 6,8 km2
Divers
Monnaie Livre de Gibraltar
Fuseau horaire UTC +1[2]
Domaine internet .uk et .gi
Indicatif téléphonique 350
Hymne Hymne de Gibraltar
Devise Nulli Expugnabilis Hosti
Code ISO 3166-1 GIB GI

Gibraltar (de l'arabe « جبل طارق », « Djebel Tariq », « le mont de Tariq » du nom de Tariq ibn Ziyad) est un territoire britannique d'outre-mer[3], situé au sud de la péninsule Ibérique, en bordure du détroit de Gibraltar qui relie la Méditerranée à l'océan Atlantique. Il correspond au rocher de Gibraltar et à ses environs immédiats et est séparé de l'Espagne par une frontière de 1,2 kilomètre.

Gibraltar est possession du Royaume-Uni depuis 1704. Les forces armées britanniques y conservent une présence relativement importante. Bien que la majorité de sa population y soit opposée[4],[5], Gibraltar est revendiqué par l'Espagne. La question de Gibraltar est une cause majeure de dissension dans les relations hispano-britanniques.

Gibraltar fait partie de l'Union européenne (dans le cadre de laquelle il bénéficie d'un statut spécial[6]) mais pas de l'espace Schengen[7]. Ce statut est toutefois menacé par la procédure de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne qui a été déclenchée le à la suite du référendum du 23 juin 2016 organisé sur l'ensemble du territoire britannique[8]. Cependant, les résultats locaux d'une consultation menée en octobre 2016 montrent que 96 % des Gibraltariens souhaitent obtenir un statut spécial leur permettant de rester au sein de l'UE[9].

Les habitants de Gibraltar sont les Gibraltariens et les Gibraltariennes.

Histoire

Article détaillé : Histoire de Gibraltar.
À l'avant-plan le Rocher, avec à l'est des falaises subverticales et à l'ouest des pelouses moins inclinées ; au fond, la presqu'île
Gibraltar, le Rocher.

Le territoire de Gibraltar comporte plusieurs sites ayant été occupés par les Néandertaliens. Le site de la carrière de Forbes a d'ailleurs livré, en 1848, le premier crâne correspondant à cette espèce, lequel n'a toutefois été reconnu comme tel qu'après la découverte du site de la vallée de Néander en Allemagne, vers 1856. Le site de la grotte de Gorham a également livré des industries moustériennes qui pourraient être parmi les plus récentes.

D'après la mythologie grecque, c'est Héraclès qui a érigé les colonnes d'Hercule composées des deux promontoires séparant l'Afrique de l'Europe : le mont Calpé en Europe et djebel Musa en Afrique. Dans l'Antiquité grecque, le rocher est aussi associé à Briarée, un des Hécatonchires.

Avant la conquête musulmane, le rocher de Gibraltar était appelé mont Calpé. Au début du VIIIe siècle, dans le cadre de la conquête musulmane de l'Espagne wisigothique, le chef Tariq ibn Ziyad y établit une tête de pont en Europe, donnant son nom au rocher.

Le site est conquis, en 1309, par le royaume de Castille, puis repris par le général mérinide Abd-el-Melek en 1333 expulsant les Castillans. En 1374, les Mérinides cèdent le rocher au royaume de Grenade. Gibraltar est définitivement reconquis par Ferdinand V en 1492.

Ce territoire espagnol est pris par les forces anglo-néerlandaises de l'amiral George Rooke le et sa propriété (mais pas la souveraineté) est confirmée et reconnue par l'Espagne par le traité d'Utrecht en 1713. Une tentative espagnole pour reprendre Gibraltar a lieu de 1779 à 1783, lorsque l'Espagne déclare la guerre au Royaume-Uni dans le cadre de son alliance avec la France au cours de la guerre d'indépendance américaine. Cette période, connue sous le nom de « Grand siège », dura 3 ans.

En 1805, une épidémie de fièvre jaune tue un tiers des Gibraltariens.

Au début des années 1960, le gouvernement espagnol a soulevé la « question de Gibraltar » devant le Comité des Nations unies pour la décolonisation et l'Assemblée générale a adopté les résolutions 2353[10] de 1967, qui demandent le début des pourparlers entre l'Espagne et le Royaume-Uni pour mettre fin à la situation « coloniale » de Gibraltar tout en préservant les intérêts du peuple de Gibraltar. En réponse à ces résolutions, les autorités de Gibraltar ont fait appel du droit à l'autodétermination et le Royaume-Uni a organisé un référendum d'autodétermination le 10 septembre 1967 pour les Gibraltariens, dans lequel 99,64% des électeurs ont exprimé leur volonté de rester sous la souveraineté britannique. Quelques mois plus tard, en mai 1968, afin de protester contre ce référendum, le général Franco fait fermer la frontière entre l'Espagne et le rocher[11], qui ne rouvrira que le à minuit[12].

L'Espagne revendique aujourd'hui toujours la même position, à savoir qu'elle exige le départ des Britanniques, et que le territoire lui soit rendu, avec abrogation des accords datant du XVIIIe siècle. L'Espagne n'est pas contre un statut d'autonomie du territoire, allant jusqu'à s'inspirer du statut de Hong Kong, la colonie britannique restituée à la Chine en 1997.

Lors du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne en 2016, les Britanniques ont décidé par référendum de quitter l'Union européenne, l'Espagne en a profité pour relancer les pourparler en vue de la récupération du territoire cédé aux Britanniques en 1713. Le chef de la diplomatie espagnole Alfonso Dastis propose de nouveau la souveraineté partagée du rocher (déjà rejetée en 2002). Il indique que cette offre n'est pas conditionnée aux accords entre l'UE et le Royaume-Uni pouvant intervenir dans le cadre du Brexit[13].

Géographie

Article détaillé : Détroit de Gibraltar.
Gibraltar est une presqu'île en forme de triangle allongé selon un axe nord-sud
Carte de Gibraltar.

Le territoire a une superficie de 6,8 km2. Il possède une frontière terrestre avec l'Espagne longue de 1 200 m (la deuxième plus courte frontière terrestre du monde[14]), et 12 km de côtes : il y a deux côtes, la côte est (East Side), où se trouvent deux baies, Sandy Bay (en) et Catalan Bay (en), et la côte ouest (West Side), où vit la majorité de la population.

Le climat méditerranéen favorise une végétation résistante de garrigue, maquis et pinède.

Le point culminant est le rocher de Gibraltar (rocher calcaire culminant à 426 m), réserve naturelle peuplée par des macaques berbères, les seuls singes sauvages d'Europe.

Gibraltar n'a pas de ressources naturelles exploitées ; cependant, une usine de dessalement est aujourd'hui active à l'intérieur du Rocher.

Gibraltar est un des territoires les plus densément peuplés au monde avec 4 290 hab./km2.

Flore et faune

Une petite plante herbacée à fleurs blanc pur, groupées en têtes denses, et à feuilles vert luisant
Iberis gibraltarica aux jardins botaniques de Gibraltar.
Un groupe de macaques deux adultes avec un jeune
Macaques de Barbarie (Macaca sylvanus) sur le Rocher de Gibraltar.
Un dauphin sautant dans la mer
Un dauphin sur la baie de Gibraltar.

Plus de 500 espèces de plantes à fleurs poussent sur le rocher de Gibraltar. Gibraltar est l’unique endroit où l’Iberis gibraltarica (es), une espèce de crucifères à fleurs blanches, pousse dans la nature en Europe. Cette plante originaire d’Afrique du Nord est le symbole de la réserve naturelle du rocher de Gibraltar. L'olivier et le pin sont parmi les espèces qui poussent le plus communément sur le Rocher.

La majorité du Rocher est couverte par la réserve naturelle qui est l’habitat naturel de quelque 230 macaques de Barbarie, le singe le plus célèbre de Gibraltar. Néanmoins, les spécialistes insistent sur le caractère sauvage de ces singes. Ce sont les seuls singes sauvages d’Europe[15]. Cette espèce, dont le nom scientifique est Macaca sylvanus, est sur la liste des espèces en danger selon la liste rouge de l'UICN.

Les autres espèces de mammifères présents sur l’île incluent les lapins, les renards et les chauves-souris. De plus, dauphins et baleines sont régulièrement présents dans la baie de Gibraltar. Les oiseaux migrateurs sont très communs ; Gibraltar est terre d’accueil des seules perdrix gambra présentes sur le continent européen. Cette richesse de la nature est menacée par le développement urbain, le tourisme et les espèces de plantes invasives. Mais aussi par les espèces d’oiseaux et de chauves-souris[16] susceptibles de mettre en péril l’équilibre naturel de la presqu'île.

Politique

Article détaillé : Politique à Gibraltar.
Le Parlement de Gibraltar.

Comme pour tout territoire britannique d'outre-mer, la reine Élisabeth II est le chef de l'État ; elle est représentée par le gouverneur de Gibraltar. Le Royaume-Uni a gardé les responsabilités concernant la défense, la politique étrangère, la sécurité intérieure et les questions économiques. Le rôle du gouverneur est surtout symbolique : il nomme le gouvernement après les élections sans participer à l'administration du territoire. Il est néanmoins responsable de la défense et de la sécurité à l'intérieur de Gibraltar (la Royal Gibraltar Police).

Le Parlement de Gibraltar est composé de 17 membres élus pour un mandat de quatre ans. Le gouvernement est responsable devant lui.

Il y a trois partis représentés au parlement : les Sociaux-démocrates de Gibraltar, le Parti travailliste-socialiste de Gibraltar et le Parti libéral de Gibraltar.

Le plus important problème est la demande permanente de l'Espagne concernant le transfert de ce territoire. Les partis politiques et une grande majorité des habitants y sont opposés.

Gibraltar est toujours sur la liste officielle des territoires à décoloniser selon l'ONU[17].

Statut spécial au sein de l'Union européenne

Gibraltar fait partie de l'Union européenne depuis 1973, conformément au traité d'adhésion du Royaume-Uni, mais y bénéficie d'un statut spécial[18]. Gibraltar n'est en effet pas soumis à l'obligation de prélever la TVA, et n'est pas non plus membre de l'union douanière[18]. En outre, la politique commerciale de l'Union européenne, la politique agricole commune et la politique commune de la pêche ne sont pas applicables à Gibraltar[18].

Gibraltar face au Brexit

Avant le référendum britannique sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, le ministre des Affaires extérieures de l'Espagne a déclaré qu'en cas de Brexit, Gibraltar perdrait l'accès au marché commun à moins qu'une solution transitoire à base de souveraineté partagée avec l'Espagne ne soit mise en œuvre. De ce fait, le succès du Brexit a été compris comme un progrès facilitant la possibilité de faire flotter le drapeau espagnol à Gibraltar[19].

Après l'enclenchement du Brexit, le président du Conseil européen Donald Tusk évoque la question de la sortie de Gibraltar du Royaume-Uni. Le 2 avril 2017, la première ministre Theresa May affirme qu'elle ne céderait jamais cette enclave sans la volonté de la population[20].

Un texte présenté par Donald Tusk prévoit notamment qu' « aucun accord entre l’UE et le Royaume-Uni ne pourra s’appliquer au territoire de Gibraltar sans un accord entre le Royaume d’Espagne et le Royaume-Uni »[21].

Invité au Royaume-Uni en juillet 2017, le roi d'Espagne Felipe VI a appelé à une négociation et à une entente des deux royaumes sur la question de Gibraltar[22].

Économie

Article détaillé : Économie de Gibraltar.

Les activités militaires ont traditionnellement dominé l'économie de Gibraltar, le chantier de construction et de maintenance navale fournissant la majeure partie de l'activité économique. Leur part dans l'économie locale a cependant diminué, passant de 60 % en 1984 à 7 % en 2004.

L'économie de Gibraltar repose sur le secteur des services, principalement ceux en lien avec la finance et le tourisme. Grâce à son taux d'imposition sur les sociétés très faible et à l'appartenance de Gibraltar à l'Union européenne, un certain nombre de banques britanniques et internationales sont installées ou ont des filiales à Gibraltar, qui est devenu un centre de finances international[23]. Cela a valu à l'enclave britannique de figurer jusqu'en 2009 sur la liste grise des paradis fiscaux de l'OCDE[24]. Encore aujourd'hui, l'Espagne considère Gibraltar comme un paradis fiscal[25].

En 2013, 18 000 entreprises étaient officiellement enregistrées à Gibraltar (sur un territoire d'à peine 30 000 habitants)[24].

Beaucoup de bookmakers et d'opérateurs de jeu en ligne ont également déplacé leur siège à Gibraltar.

En ce qui concerne le tourisme, Gibraltar est une escale privilégiée pour les bateaux de croisière. Le rocher de Gibraltar est une attraction populaire, en particulier parmi les touristes et les résidents britanniques installés sur la côte méridionale de l'Espagne. Toutes les marchandises et les services sont vendus sans taxe sur la valeur ajoutée, ce qui explique l'implantation de plusieurs grands magasins britanniques : Marks and Spencer, BHS, Dorothy Perkins, et la chaîne de supermarchés Morrisons.

Gibraltar a un PIB de plus de 432 millions de livres (769 millions de dollars) ; avec un PIB par personne de 15 700 £ (28 000 $).

La devise est la livre de Gibraltar, qui a une parité de un pour un avec la livre sterling, laquelle a aussi cours à Gibraltar. Par ailleurs la majorité des magasins et des restaurants acceptent aussi les euros, mais avec un taux de change défavorable. On notera toutefois que la livre de Gibraltar, elle, n'a pas cours en Grande-Bretagne.

En 2016, les autorités de Gibraltar ont fait part de leur inquiétude sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, estimant qu'une telle sortie menacerait le secteur financier local[23]. 96 % des habitants de Gibraltar ont voté en faveur du maintien au sein de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin 2016, à l'inverse de la majorité du Royaume-Uni[26].

Transports

L'aéroport international de Gibraltar (code AITA : GIB • code OACI : LXGB) a la particularité d'avoir son unique piste traversée par la route reliant Gibraltar à l'Espagne.

Contrairement au reste du Royaume-Uni, le sens de circulation routière s'effectue à droite de la chaussée comme en Espagne.

Démographie

Article détaillé : Démographie de Gibraltar.

D'après le recensement de , Gibraltar compte 27 884 habitants[réf. nécessaire].

Les origines des habitants de Gibraltar sont espagnoles, britanniques et méditerranéennes (principalement génoises et maltaises). On trouve également une grande communauté juive, une population musulmane marocaine et un certain nombre de personnes originaires du sous-continent indien[réf. nécessaire].

Selon le Pew Research Center, en 2010, 88,8 % des habitants de Gibraltar sont chrétiens, principalement catholiques (80 %) et dans une moindre mesure protestants anglicans (8,2 %), alors que 10,5 % de la population est musulmane, que 2,9 % n'est pas affiliée à une religion, que 2,1 % est juive, que 1,8 % est hindoue et que 0,4 % pratique une autre religion[27].

La langue officielle est l'anglais, utilisée au gouvernement et dans les affaires. Beaucoup de gens sont bilingues et parlent aussi l'espagnol. Les habitants emploient également le llanito, un mélange d'espagnol et d'anglais avec notamment des éléments de portugais, de maltais, uniquement parlé à Gibraltar. L'arabe marocain, l'hindi et le maltais sont également parlés sur le « Rocher »[réf. nécessaire].

Le terme llanito (féminin : llanita) définit aussi une identité propre à Gibraltar et visible lors de la fête nationale de Gibraltar, en particulier sur les tee shirt portés par les jeunes et arborant des slogans comme « 110 % llanita » ou « proud to be llanito »[réf. nécessaire].

Culture

Sites religieux

Il existe également de nombreux autres établissements religieux, de différentes confessions et de nature plus récente, qui témoignent de la diversité culturelle de la population vivant à Gibraltar.

Sites historiques