Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la région française d'outre-mer. Pour les autres significations, voir Guadeloupe (homonymie).

Guadeloupe
Guadeloupe
Logo régional
Administration
Pays Drapeau de la France France
Statut Département et région d'outre-mer
Chef-lieu Basse-Terre
Arrondissements Basse-Terre
Pointe-à-Pitre
Cantons 21
Communes 32
Conseil régional Conseil régional de la Guadeloupe
Président Ary Chalus (DVG)
2015-2021
Conseil départemental Conseil départemental de la Guadeloupe
Présidente Josette Borel-Lincertin (PS)
2015-2021
Préfet Philippe Gustin[1]
Démographie
Gentilé Guadeloupéen, Guadeloupéenne
Population 394 110 hab. (2016)
Densité 242 hab./km2
Langues
locales
Français et créole guadeloupéen
Géographie
Coordonnées 16° nord, 62° ouest
Superficie 1 628,43 km2
Divers
Monnaie Euro
Fuseau horaire UTC-4
Domaine internet .gp et .fr
Indicatif téléphonique +590
Code ISO 3166-1 GLP, GP
Localisation
Localisation de Guadeloupe
Liens
Site web lesilesdeGuadeloupe.com site du Comite du Tourisme des Iles de Guadeloupe

La Guadeloupe (Gwadloup en créole et, par abus de langage confondant les deux principales îles de l'archipel (Grande-Terre et Basse-Terre, Karukera en langue caraïbe) est à la fois une région monodépartementale de l'Outre-mer français et une région ultrapériphérique européenne, située dans les Caraïbes ; son code départemental officiel est le « 971 ». Elle est membre de l’OECS (Organisation des États de la Caraïbe orientale).

Ce territoire des Antilles et département d'outre-mer français, bordé par la mer des Antilles, est situé à 575 km au nord des côtes du Venezuela en Amérique du Sud, à 739 km à l'est-sud-est de la République dominicaine, à 2 176 km à l'est-sud-est de Miami (États-Unis) et à 6 732 km de Paris. L'archipel se compose d'îles et îlets, dont deux majeures habitées : la Grande-Terre et la Basse-Terre formant la Guadeloupe proprement dite. Plusieurs terres voisines, Marie-Galante, l'archipel des Saintes (Terre-de-Haut et Terre-de-Bas) et La Désirade sont rattachées administrativement à ce territoire.

Toponymie

Îles de Petite-Terre.
Cascade aux Écrevisses.

Historiquement, la Basse-Terre est d'abord nommée « Karukéra » (« île aux belles eaux », en langue caraïbe[2]) par les Amérindiens qui l'habitent et la Grande-Terre, « Cibuqueira » (« île aux gommiers », en langue caraïbe). La Rivière Salée, bras de mer qui les sépare coupant la Guadeloupe en deux, était appelée « aboukétoutou » qui signifiait « détroit ». L'île prend le nom de Guadeloupe lorsque Christophe Colomb y aborde le , et attribue ce nom en hommage à la Vierge protectrice des navigateurs Notre-Dame de Guadalupe. En Espagne, à Guadalupe, le Monastère royal de Santa María de Guadalupe est dédié à la Vierge des navigateurs. Le nom de Guadalupe viendrait du nom de la rivière qui coule dans cette ville, en arabe wadi-al-lub, qui signifie la « rivière aux cailloux noirs[3] » ou, selon une déformation signalée par Ana Castillo, « rivière de l'amour »[4].

Géographie

Article détaillé : Géographie de la Guadeloupe.

Localisation

Position de la Guadeloupe dans la mer des Caraïbes.

La Guadeloupe est un territoire de l'hémisphère nord situé dans l'archipel des Caraïbes (ou Antilles), entre le tropique du Cancer et l'équateur. Elle est positionnée à 16°15' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le Honduras, et à 61°35' de longitude Ouest, à peu près celle du Labrador et des îles Malouines.

Cette localisation place l'île à 6 700 km de Paris, à 2 180 km au sud-est de la Floride, à 580 km des côtes de l'Amérique du Sud, et plus précisément en plein cœur de l’arc des petites Antilles.

Description

Plage de la Feuillère à Marie-Galante.
Les Chutes du Carbet.

La Guadeloupe et ses dépendances dévoilent des paysages aussi bien variés que contrastés sur un ensemble composé de 1 628 km2 de terres émergées.

D'une superficie de 1 436 km2, la « Guadeloupe continentale » se compose de deux terres distinctes, qui sont séparées par un fin bras de mer n'excédant pas 200 mètres de large, appelé « la Rivière Salée ».

  • La Basse-Terre à l'ouest, 848 km2 (massif ovale de 45 km sur 20), est montagneuse et recouverte d'une forêt tropicale très dense du nord au sud, où abondent de nombreuses rivières et cascades.
D'origine volcanique (comme certaines îles voisines de La Dominique, Martinique et Sainte-Lucie), son plus haut sommet est le volcan en activité de la Soufrière culminant à 1 467 m, soit la plus haute altitude des petites Antilles. Comme dans la plupart des îles volcaniques, on y trouve aussi de nombreuses plages de sable noir et de sable roux.
  • La Grande-Terre à l'est, 588 km2 (triangle d'environ 40 km de côté) est plate. L'eau douce de consommation y est amenée de l'île de Basse-Terre par des canalisations sous le pont traversant la Rivière Salée qui sépare les deux terres.
Sur un substrat calcaire (comme les îles voisines d'Antigua ou Barbade), elle se compose d'une plaine bordée d'une mangrove au sud-ouest, d'une succession irrégulière de mornes appelés les Grands Fonds au centre, et d'un plateau aride dentelé de côtes rocheuses et sauvages au nord. C'est sur le littoral sud de la Grande-terre, parsemé de plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens, que se concentrent les grandes stations balnéaires.
La Rivière Salée coulant sur un axe nord-sud selon les courants de marée constitue un bras de mer séparant les deux îles, dont la configuration fait qu'elles sont souvent comparées aux ailes d'un « papillon » déployé sur la mer.

À peu de distance, les « dépendances administratives » (ou les îles du sud) se composent de plusieurs îles, d'une superficie globale de 194 km2 qui ne diffèrent pas beaucoup culturellement de la « Guadeloupe continentale », à l'exception des Saintes. Très récemment est apparue l'expression « archipel de la Guadeloupe » ou « îles de Guadeloupe » dans l'essor du tourisme, mais officiellement la Guadeloupe n'est pas reconnue comme étant un archipel au sens propre du terme. Dès lors, on parle de la Guadeloupe et de ses dépendances.

  • La Désirade, 21 km2, est une île calcaire de forme allongée (11 km sur 2 km), qui se présente comme un vaste plateau incliné vers le nord-ouest. La Grande Montagne, qui atteint 275 m d'altitude, est son point culminant.
  • Les Îles de la Petite-Terre sont un petit archipel de 2 km2 constitué de deux îlots Terre de Haut et Terre de Bas fermés par un récif corallien, situé à une dizaine de kilomètres au sud de la Pointe des Châteaux et de la Désirade dont il dépend administrativement.
  • Marie-Galante, 158 km2, est une grande île formée sur un substrat calcaire vallonné, soumis au vent alizé. Par rapport à sa forme arrondie (15 km de diamètre), elle est surnommée la « Grande Galette ou l'île aux cent moulins ».
  • Les Saintes se présentent comme un petit archipel de 9 îles arides et escarpées. Les deux plus grandes îles sont habitées : Terre-de-Haut, un îlet allongé de 5 km2 à l'est, et Terre-de-Bas, l'îlet le plus grand de 8 km2 à l'ouest de l'archipel et de forme plus arrondie.

La Basse-Terre et les Saintes à l'ouest, sont issues de la formation d'une chaîne volcanique récente qui culmine à la Soufrière, alors que les autres îles à l'est sont d'origine corallienne.

En raison de ses caractéristiques géologiques, les îles du département de la Guadeloupe sont classées en zone III d'après le zonage sismique de la France.

La zone économique exclusive (ZEE normalement fixée à 200 milles des côtes) a été étendue à 350 milles en 2015 après l'avis favorable de l'Organisation des Nations unies[5].

Climat

La Baie des Saintes.

La Guadeloupe bénéficie d’un climat tropical d'alizé, tempéré par les influences maritimes.

Station météorologique du Raizet, Les Abymes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 20,7 20,6 21 22,2 23,6 24,3 24,3 24,1 23,8 23,3 22,4 21,3 22,6
Température maximale moyenne (°C) 29,2 29,2 29,7 30,3 30,9 31,4 31,6 31,9 31,7 31,3 30,5 29,7 30,6
Précipitations (mm) 83 60 67,9 96,5 134,1 107,8 129,6 169,1 206,2 214,5 213,9 134 1 616,6
Source : Météo-France, « Données climatiques de la station de Le Raizet », sur meteofrance.gp (consulté le 31 octobre 2017)


Les îles des Caraïbes, sur le trajet des ouragans tropicaux.

On distingue deux saisons en Guadeloupe et dans les îles voisines :

Côté température, avec une moyenne de 27 °C, il n'y a que peu de différence entre les mois les plus chauds (de 25 °C à 32 °C) et les mois les plus froids (de 23 °C à 29 °C). La géographie spécifique de l'archipel, le contraste entre la Basse-Terre et la Grande-Terre, entraîne également un climat spécifique sur chacune de ces îles. La Grande-Terre et ses plateaux calcaires connaissent régulièrement de sévères sécheresses, alors que dans le même temps, le relief perpendiculaire au flux des alizés de la Basse-Terre régule le régime des pluies. La température moyenne de l’eau de mer est de 28 °C.

L'île est sujette au passage des ouragans de mai à novembre. Ceux-ci se forment soit localement dans les Antilles, soit au large du Cap-Vert en Afrique et dérivent dans les alizés d'est.

Risques naturels

La Guadeloupe est soumise à de nombreux risques naturels tels que les séismes, les éruptions volcaniques ou les cyclones tropicaux. Elle a fait l'objet d'un plan de prévention des risques spécifique[6].

Séismes et tsunamis

Le , les îles du département, notamment l'archipel des Saintes, furent frappées par un violent séisme atteignant la magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter et causant la mort d'une personne ainsi que de nombreux dégâts matériels[7].

Le séisme de 1843 aux Petites Antilles est, à ce jour, le séisme connu le plus violent. Il a causé la mort de plus d'un millier de personnes ainsi que de très importants dégâts à Pointe-à-Pitre[8],[9].

Éruptions volcaniques

Article détaillé : Soufrière (Guadeloupe).

Cyclones tropicaux et marées de tempêtes

Situé dans une région très exposée, la Guadeloupe et ses dépendances doivent faire face à de nombreux cyclones.

L'ouragan le plus meurtrier à avoir frappé la Guadeloupe est l'ouragan de Pointe-à-Pitre de 1776 qui a fait au moins 6 000 morts[10]. Le , le cyclone Hugo inflige de sérieux dégâts aux îles de l'archipel. En 1995, trois cyclones (Iris, Luis et Marilyn) ont frappé l'archipel en moins de trois semaines.

Ouragans meurtriers ayant frappé la Guadeloupe au XXe siècle et XXIe siècle 
  •  : ouragan Okeechobee, estimé catégorie 4, très fort (plus de 1 200 morts) ; vents soutenus de 230 à 240 km/h, rafales à plus de 310 km/h ;
  •  : ouragan Betsy (6 morts) ;
  •  : tempête tropicale Helena (5 morts) ;
  •  : ouragan Cleo, catégorie 3, fort (14 morts) ;
  •  : ouragan Inez, catégorie 3, fort (25 morts) ; vents soutenus de 200 km/h, rafales à plus de 280 km/h ;
  • Du 16 au  : ouragan Hugo, catégorie 4, très fort (11 morts), vents soutenus de 222 km/h, rafales à plus de 310 km/h[11] ;
  • Du 14 au  : ouragan Marilyn, catégorie 1, vents soutenus 120 à 130 km/h, rafales à 150 km/h très fortes inondations et coulées de boue ;
  •  : ouragan Irma, catégorie 5, la Guadeloupe ne subit pas de dommages matériels et humains importants, mais les collectivités d'Outre-mer de Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont ravagées (10 morts).
  • Du 18 au  :

    L'étude ChlEauTerre, dévoilée par le gouvernement le 7 mars 2018, conclue que 37 molécules anthropogéniques différentes (dont plus de la moitié est issue des résidus de pesticides désormais interdits, comme le chlordécone) ont été retrouvées sur "79 % des bassins versants analysés en Grande-Terre et 84% sur la Basse-Terre"[12].

    Milieu naturel

    Importation de pesticides en Guadeloupe.
    Vanille Banane de Guadeloupe - Basse-Terre
    Vanille Banane de Guadeloupe - Basse-Terre.

    La Guadeloupe et les Antilles constituent un point chaud de biodiversité. Comme les autres Petites Antilles, la Guadeloupe a émergé de l'océan il y a moins de cinq millions d'années. Cet isolement a favorisé l'émergence d'un fort taux d'endémisme. L'archipel était entièrement recouvert de forêt avant l'arrivée des européens au XVIe siècle. Cette arrivée s'est accompagnée d'invasions biologique et de défrichements qui ont eu un impact sévère sur la biodiversité.

    De nombreuses espèces ont disparu de l'île telles que le Ara des Antilles, l'Amazone de la Guadeloupe, la Perrique de la Guadeloupe, le rat mondoungue, le lamantin des Caraïbes, le phoque moine des Caraïbes, l'agouti doré, l'améive de Guadeloupe ou encore le crapaud de la Dominique.

    Les milieux naturels de Guadeloupe souffrent des prélèvements (chasse et pêche en particulier), du recul de la forêt, de l'urbanisation, d'une périurbanisation accélérée ces dernières décennies, ainsi que du fait du développement des cultures, en particulier, celles, intensives, (de banane et canne à sucre surtout) qui ont atteint leur apogée dans les années 1955-75 après avoir longtemps coexisté avec des modes plus extensifs (exploitation en colonat, parcs pour l'élevage), tous ces modes d'exploitation ayant restreint l'importance de la forêt tropicale et l'ayant même fait disparaître à faibles altitudes. Les cultures de la banane et de la canne à sucre ont marqué les paysages non montagneux et sont sources de pollutions sensibles.

    Malgré le développement de procédés modernes d'élimination (méthanisation), un certain nombre d'effluents intéressant de petites distilleries sont encore peu ou mal traités. Cette agriculture (majoritairement exportatrice) de sucre de canne, alcool (rhum) et bananes est depuis toujours très grosse importatrice d'engrais de pesticides, dont d'insecticides ; ces consommations ont heureusement une forte tendance à se restreindre, plus encore en volume global (forte régression des surfaces cultivées et des productions). Cette agriculture reste fortement encouragée, pour la rendre plus « durable » et ralentir sa récession par l'Europe, l’État et les collectivités locales (Région et Département).

    Les séquelles de l'utilisation de ces produits, pour certains très toxiques et rémanents (chlordécone, paraquat en particulier) posent aujourd'hui problème. Depuis 1973, dans les Antilles françaises, son utilisation était destinée à protéger les bananeraies d'un charançon. Son autorisation à la vente avait été retirée en 1990 par le gouvernement français, mais une dérogation en permettra l'usage jusqu'en 1993, à la suite de la demande pressante des producteurs de banane, relayée par le député de la Martinique, Guy Lordinot. Son usage se poursuivra en réalité jusqu'aux années 2005-2007. Son utilisation a pollué l'ensemble de l'écosystème antillais et se retrouve à des concentrations supérieures à 100 fois la norme, notamment dans les eaux et les sols. Selon le BRGM du fait des 1 250 tonnes de chlordécone épandues avant que l'usage ne soit définitivement interdit (1993), et donc sans même tenir compte des utilisations frauduleuses qui ont perduré jusqu'en 2007, la pollution ne devrait disparaître que dans 7 000 ans. Outre une pollution durable, de nombreux sols et des écosystèmes (dans les zones dédiées aujourd'hui ou anciennement aux bananeraies, ainsi que l'aval des émissaires intéressés jusqu'à la mer), une contamination sensible de certains réseaux d'eau potable par des organochlorés, confirmée à la fin des années 1990[13], faisant en 86 pages un nouvel état de pollution de l'eau et des sols après une mission sur le terrain (12-17 mars 2001). Le rapport note que « malgré la crise aigüe du printemps 2000, force est de constater que le plan d'amélioration des pratiques agricoles n'est pas véritablement lancé, ce qui est difficilement admissible compte tenu des enjeux.. » (p. 3) ; remarquable le taux maximal de la pollution chlordécone: 10,3 μg/l[14]. Des mesures ont été prises pour maintenir l'accès à une eau potable, mais les sols de certaines régions du territoire guadeloupéen et des autres îles bananières (françaises, anglophones et hispanophones) des Antilles sont durablement pollués par certains produits, dont le chlordécone. Des études sont en cours pour mieux mesurer les impacts de ces produits sur la santé. Des arrêtés d’interdiction de la pêche sont à respecter en Martinique et en Guadeloupe (poissons et crustacés d'eau douce genre ouassous, certaines espèces de poissons de lagon et de langouste), rappelle l'AFSSA, de même qu'il faut en zone contaminée éviter de consommer les légumes racines du jardin plus de 2 fois par semaine.

    Les récifs sont dégradés au moins à 50 % autour des grandes îles, et de nombreux herbiers marins sont également très dégradés. L'environnement végétal et les paysages restent préservés sur quelques parties des îles, constituant un atout sensible pour le tourisme. Ces espaces sont pour partie classés en ZNIEFF[15] et protégés[16], pour certaines avec un statut de réserve naturelle guadeloupéenne[17], dont plusieurs grottes abritant des chiroptères protégés. Des cartes d'habitats sous-marins[18] permettent d'envisager une meilleure gestion et protection de ces habitats fragiles et des corridors biologiques sous-marins, vulnérables aux pollutions (nitrates, turbidité, pesticides…), aux pressions anthropiques[19] et aux aléas climatiques qui pourraient devenir plus fréquents et aigus dans le contexte du changement climatique global. Le site du Grand Cul-de-sac Marin est inscrit depuis le 8 décembre 1993 en tant que zone humide d’importance internationale (Convention de Ramsar)[20].

    À Marie-Galante, aux Saintes et à la Désirade les palétuviers et mangroves ont presque disparu.

    Le la Guadeloupe et ses dépendances sont classées Réserve de la Biosphère (label UNESCO) avec une superficie de 69 707 ha d'espace protégés et sont inscrites au patrimoine mondial de L'UNESCO. Elle devient le Département d'outre-mer ayant le plus d'espaces protégés, avec notamment un parc national[20].

    Le chlordécone, un insecticide particulièrement toxique, est utilisé de 1972 à 1993 sous la pression du lobbying des grands planteurs malgré son interdiction aux Etats-Unis (1976), puis en France métropolitaine (1990). La quasi totalité de la population antillaise a été contaminée et le produit ne disparaîtra pas des sols avant plusieurs siècles[21].

Energie

L'île dispose d'un fort potentiel d'énergie solaire, éolienne et marines, mais en 2018, la biomasse-énergie et le charbon et les hydrocarbures pétroliers restent les plus utilisés.

La loi sur la transition énergétique (TECV) prévoit 50% d'énergie renouvelable à horizon 2020 pour le territoire. Et la PPE de Guadeloupe prévoit de développer 66 Mw de capacité supplémentaire de biomasse-énergie de 2018 à 2023, dont 43 MW en remplacement du charbon. Par exemple la centrale à charbon Albioma Caraïbes (AC) sera convertie à la biomasse pour aider à faire passer de 20,5% à 35% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de la Guadeloupe[22], et ainsi atténuer la dépendance de l'île aux hydrocarbures fossiles et diminuer la pollution acide de l'air et la production de cendres et de mâchefers toxiques. Cette centrale de 34 MW qui produit en 2018 260 GWh/an d’électricité (soit 15% des besoins de l'île) doit diminuer de 265 000 t équivalent CO2/an sur l'ensemble de la chaîne (-87% une fois reconvertie à la biomasse par rapport à la situation antérieure, au charbon)[22].

Transports

Un projet de Tramway comprenant deux lignes a été voté le par la communauté d'agglomération du Sud Grande-Terre[23]. La première phase devait relier, en 2019, le nord des Abymes au centre ville de Pointe-à-Pitre. La deuxième phase, en 2023, devait compléter la première en desservant l'université. À l'horizon 2030, deux lignes étaient prévues : la ligne 1 de Lauricisque à Baie-Mahault, et la ligne 2 jusqu'à Belle plaine au Gosier. Le projet est abandonné en 2018[24].

Histoire

Peuplements amérindiens

Pétroglyphe précolombien à Baillif.

À l'instar d'autres îles des Petites Antilles, la Guadeloupe est probablement occupée par des groupes amérindiens précéramiques à partir de 3000 av. J.-C. comme semble l'indiquer la découverte récente de traces de culture sur brûlis sur l’île de Marie-Galante[25],[26]. Cette période est dénommée Mésoindien ou Âge Archaïque dans la nomenclature archéologique américaine. Vers le début du premier millénaire, des groupes amérindiens agro-céramistes migrent depuis le nord du Venezuela dans tout l'arc antillais. Cette période, le Néoindien ancien ou Âge Céramique ancien comprend deux cultures bien identifiables par le style de leur production céramique : Huecan- et Cedrosan Saladoïde (anciennement dénommés Arawaks par les archéologues).

Vers le IXe siècle, ils laissent la place à la culture troumassoïde qui inaugure la période du Néoindien récent. Ces groupes ne proviennent pas d'une migration mais d'une transformation sur place des groupes antérieurs, profonde mutation encore mal expliquée mais où le climat, la démographie et des modifications sociétales pourraient avoir joué un rôle. La céramique troumassoïde est dérivée de la céramique cedrosan saladoïde, avec une extrême simplification du registre décoratif qui disparaît presque totalement. C'est sans doute tardivement, peut-être autour du XVe siècle, qu'une nouvelle population migre dans l'arc antillais depuis le Plateau des Guyanes. Ces peuples, les Kalinagos ou Caraïbes insulaires décrits par les Espagnols à leur arrivée dans les Petites Antilles, pourraient correspondre aux cultures dénommées Suazoïde et Cayo par les archéologues. Cette période tardive est marquée par l'évidence de contacts avec les Taïnos des Grandes Antilles. Selon une thèse aujourd'hui sujette à controverse, les « Arawaks » auraient été massacrés à l'arrivée des Indiens Caraïbes, un peuple décrit par les chroniqueurs espagnols comme guerrier et pratiquant le cannibalisme.

Ces Indiens baptisèrent l’île Karukera (« île aux belles eaux » en langue caraïbe[27]) ; ils sont les principaux occupants des lieux jusqu'au milieu du XVIIe siècle, c'est-à-dire peu de temps après l'installation des Français en 1635, mais bien après l'arrivée des premiers Européens.

Arrivée des Espagnols

Les cinq îles de la Guadeloupe clairement identifiées et nommées (Isla de Guadalupe, Isla Deserada, Marígalante et Todos Santos) sur le planisphère de Cantino datant de 1502.

L'histoire moderne de la Guadeloupe commence en novembre 1493, lorsque Christophe Colomb aperçoit, lors de son deuxième voyage, La Dominique, puis Marie-Galante où il débarque le [28]. Il arrive sur l'île de la Basse-Terre le 4 novembre [29]. Il note l'importance de la présence de l'eau, notamment en voyant les chutes du Carbet. Il nomme l'île Santa Maria de Guadalupe de Estremadura en hommage au monastère espagnol où Christophe Colomb fit un pèlerinage après son premier voyage au Nouveau Monde en 1492 et vint remercier pour cette découverte[27]. Dès 1502, l'archipel de la Guadeloupe est précisément indiquée dans toutes ses composantes (les cinq îles) sur le planisphère de Cantino indiquant l'importance et la connaissance du lieu par les premiers navigateurs européens. La Guadeloupe est alors peuplée par les Caraïbes, peuple amérindien présent sur l'île depuis le VIIIe siècle.

L'archipel de la Guadeloupe fut une colonie Espagnole pendant environ 130 ans, jusqu'en 1635. Les Espagnols, avant 1635, ne furent jamais très nombreux : tout au plus, une centaine de colons, et la colonie ne fut jamais défendue avec ardeur. À l'arrivée des Français, en 1635, la résistance Espagnole fut quasi-inexistante , et au bout de moins d'une semaine, la colonie fut conquise.[réf. nécessaire]

Première colonisation française et développement de la traite des Noirs

La plage de Sainte-Anne, en Guadeloupe.

À partir de 1635, Charles Liénard de L'Olive et Jean du Plessis d'Ossonville prennent possession de la Guadeloupe au nom de la Compagnie des îles d'Amérique, créée le par le cardinal de Richelieu afin d'élargir le champ d'intervention de la Compagnie de Saint-Christophe, dans le but d'y développer notamment la culture du tabac pour l'exporter vers la France. C'est le début de la colonisation de l'archipel.

Ces débuts sont difficiles. Une famine décime en 1635 une partie des colons, les rapports entre les Amérindiens Caraïbes, qui leur fournissaient des vivres, et les Français se tendent rapidement, dès lors que ces derniers étendent leurs terres au détriment des populations indigènes, se transformant en guerres ouvertes. En 1641, se termine la guerre entre colons et Caraïbes. Ces derniers, déjà diminués par les maladies et les massacres, sont envoyés sur l'île de la Dominique.

La dépréciation du tabac est sensible dès le début de la colonisation : quatre compagnies commerciales font faillite en tentant de coloniser les îles guadeloupéennes, en raison de la chute des cours et du coût des guerres contre les Caraïbes. La population augmente cependant rapidement et l'esclavage se développe. En 1656, les esclaves sont déjà plus de 3 000 à travailler sur l'archipel, pour une population de 15 000 personnes[30].

En 1664, la Guadeloupe et la Martinique passent sous l'autorité directe du roi de France, Louis XIV, qui décide alors de développer la culture de la canne à sucre. Celle-ci nécessite des investissements plus onéreux que celle du tabac, mais est beaucoup plus rentable. L'édit de mai 1664 crée la Compagnie française des Indes occidentales, qui reçoit alors pour quarante ans une concession sur l'ensemble des possessions françaises des Caraïbes sous suzeraineté royale. Des terres sont données à des officiers supérieurs qui sont encouragés à y importer des esclaves pour exploiter la canne à sucre ; cependant la population d'esclaves diminue en Guadeloupe entre 1664 et 1671 (passant de 6 323 à 4 627 personnes).

Dès 1671, le monopole de la Compagnie des Indes occidentales est aboli pour ouvrir la concurrence à tous les ports français, dans la traite négrière, dont le développement massif, par des Français et des Anglais, fait flamber le prix des esclaves mais abaisse le coût de leur transport et satisfait les planteurs de sucre. La Guadeloupe est encore habitée par de nombreux colons blancs qui cultivent du tabac, sur des plantations nécessitant peu de capitaux.

Après 1671, le nombre de planteurs blancs diminue rapidement et en 1674, la création de la ferme du tabac entraîne leur ruine. Moins taxé, le tabac produit en Virginie par des planteurs jacobites profite de la contrebande et prend son essor.

L'augmentation rapide de la population d'esclaves correspond aussi à la création en 1673 de la Compagnie du Sénégal, ancêtre de la Compagnie de Guinée, dans le sillage de la Compagnie royale d'Afrique, fondée en 1672. Face à cette concurrence, la Compagnie des Indes occidentales sera dissoute en 1674.

L‘essor de l'esclavage en Guadeloupe est cependant moins rapide qu'à la Martinique, à qui la traite négrière réserve les esclaves les plus résistants et où Louis XIV a installé plus de nobles de rang élevé et où la population noire double entre 1673 et 1680[31]. Dès 1700, la population d'esclaves en Guadeloupe est remontée à 6 076 personnes, beaucoup moins qu’en Martinique. Cette différence explique aussi qu'un siècle plus tard, en 1794, Victor Hugues ait pu se rendre maître de la Guadeloupe pour le compte de la Révolution française alors que la Martinique est restée sous la domination des grands planteurs de sucre alliés aux Anglais dans le cadre du traité de Whitehall.

Les conflits franco-britanniques et la « première » abolition de l’esclavage

Le siège de la Guadeloupe et l'occupation anglaise (1759 - 1763)

Proclamation de Victor Hugues, en novembre 1794.

Après des tentatives infructueuses en 1666, 1691 et 1703, les Britanniques s'emparent une première fois de la Guadeloupe en 1759. Ils ne la conserveront que quatre ans, jusqu'en 1763 (traité de Paris).

Depuis 1757 les forces françaises sont commandées par Nadeau du Treil, gouverneur de la colonie : 250 soldats et entre 200 et 3 000 miliciens. Les principales places fortes sont :

  • fort St Charles à Basse-Terre ;
  • fort Louis au Petit Cul-de-sac ;
  • réduits du Dos-d'âne et au Trou-au-Chien (Trois Rivières).

L'escadre anglaise est dirigée par le commodore Moore, et comprend 8 000 hommes.

La flotte anglaise attaque d'abord la colonie de la Martinique mais est repoussée (15 janvier). Elle se présente devant Basse-Terre le 21 janvier au soir.

Les opérations commencent le 23 janvier ; la ville de Basse terre est bombardée, tous les entrepôts sont détruits. Le fort St Charles est évacué le 25 janvier. Les forces françaises se réfugient au réduit du Dos-d'âne. La colonie attend des renforts de la Martinique et de la métropole. Une escadre de secours, commandée par Bompar, est annoncée. Les Anglais poursuivent leur conquête et assiègent le fort Louis au Petit Cul-de-sac (8 et 14 février). Ils occupent toute la partie est de l'île (St Anne et St François) dès le 29 mai.

Les dernières attaques ont lieu mi-avril en prenant à revers le réduit de Dos-d'âne : Petit Bourg tombe le 13 avril, Goyave est abandonnée le 15 et Capesterre se rend le 20. Devant les destructions, les colons demandent un arrêt des combats, ils signent de leur côté une reddition le 1er mai. N'ayant pas de nouvelle de la flotte française, sans espoir de secours, Nadeau doit capituler le lendemain.

Cette période se caractérise par un fort développement de l'économie de l'île[32].

  • Reconstruction des quartiers bombardés ;
  • importation massive d'esclaves noirs : 40 525 en 1753 et 77 957 en 1773 ;
  • relance la production agricole :
Années 1753 1759 1761 1762 1763 1773
sucreries 331 290 339 420 446 378
  • exportation de sucre, de café, de coton et de cacao en très forte hausse :
  • fondation du port de la Pointe à Pitre pour favoriser le commerce (une centaine de vaisseaux chaque année contre dix auparavant)
  • Libre circulation du commerce avec les colonies anglaises et étrangères.

Devant cette expansion économique, les colons blancs sont devenus favorables à un annexion à l'Angleterre. Mais les colonies anglaises de la région (Barbade, Jamaïque) craignent la concurrence des produits guadeloupéens. Ils militent pour rendre la Guadeloupe à la France. En échange les Anglais conservent le Canada et l'Inde.

À partir de 1775, la Guadeloupe n'est plus rattachée à la Martinique mais reste sous l'autorité du gouverneur des îles du Vent.

La « première » abolition de l’esclavage

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques reprennent brièvement possession de l'île, après la défaite le 20 avril de Basse-Terre et la capitulation du général et gouverneur depuis 1792, Georges Henri Victor Collot.

Victor Hugues, nommé Commissaire national en Guadeloupe, les en chasse dès le mois de mai 1794, aidé par les esclaves, auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le , l'abolition de l'esclavage (adopté par la Convention nationale au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II). Victor Hugues, dit « Le Terrible », met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire. Les planteurs (dont certains soutenaient l'Angleterre) ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux « anciens » esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payés. En 1798, le Directoire le rappelle en France.

Il est remplacé par le général Desfourneaux, mais malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l'armée. C'est aussi l'époque de l'expansion des corsaires guadeloupéens.

Exercice de la suprématie blanche : le « rétablissement » de l’esclavage

En 1802, le premier Consul Bonaparte nomme Lacrosse gouverneur. Ce dernier tente de renvoyer de l'armée les officiers noirs, qui y avaient été intégrés après l'abolition de l'esclavage. Une révolte de ces officiers monte. Le propre aide de camp de Lacrosse, Louis Delgrès, métis, deviendra un des chefs de cette rébellion avec Joseph Ignace.

Bonaparte dépêche alors une expédition de 4 000 hommes dirigés par le général Richepance pour mater la rébellion. Après une défense héroïque, beaucoup de révoltés préfèrent se suicider plutôt que de se rendre.

La loi du 16 pluviôse an II qui avait aboli l'esclavage est annulée le par Bonaparte. Son article premier affirme clairement le caractère exclusif et exceptionnel de la citoyenneté française dans la colonie, désormais restreinte aux seuls Blancs : « jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné, le titre de citoyen français ne sera porté [dans la colonie] que par les Blancs. Aucun autre individu ne pourra prendre ce titre ni exercer les fonctions ou emplois qui y sont attachés »[3]. Pour Jean-François Niort et Jérémy Richard, dans leur article paru dans le Bulletin de la société d'Histoire de la Guadeloupe, l’arrêté consulaire, suite à la féroce répression de la rébellion emmenée par Louis Delgrès, consacre un « ordre ségrégationniste[33] .

L'occupation anglaise

En 1808, les Anglais mènent une nouvelle campagne d'invasion des Antilles, prenant Marie-Galante et la Désirade, puis en 1809, les Saintes. Entre le et le , les troupes britanniques fortes de 6 700 hommes et dirigées par George Beckwith, et soutenues par la Royal Navy commandée par l'amiral Cochrane, envahissent l'île en débarquant sur les plages du Gosier, de Sainte-Marie et de Capesterre. Les Britanniques se dirigent alors vers Basse-Terre où les troupes françaises peu nombreuses (entre 3 000 et 4 000 soldats), mal équipées et commandées par le gouverneur Ernouf sont rapidement prises en tenaille après un nouveau débarquement à Vieux-habitants, et sont obligées de capituler le . L'aigle du 66e régiment impérial est un trophée rapporté à Londres, en même temps que de nombreuses troupes prisonnières.

La Grande-Bretagne intègre la Guadeloupe dans ses possessions coloniales antillaises tandis que la guerre s'intensifie en Europe (Guerre d'indépendance espagnole, Sixième Coalition) et en Amérique du Nord (Guerre contre les États-Unis, de juin 1812 à février 1815). Afin d'assurer l'intégration de la Suède dans la sixième coalition, les Britanniques signent un traité avec Bernadotte, nouveau prince héritier de Suède, le  : la Guadeloupe est cédée à ce prince, pour lui et ses descendants, en dédommagement de l'effort de guerre que la Suède doit fournir pour abattre Napoléon et pour dédommager Bernadotte d'avoir abandonné ses titres dans l'Empire français. En réaction, l'Empire français fait promulguer le un Sénatus-consulte « concernant l'ile française de la Guadeloupe » : « il ne sera conclu aucun traité de paix entre l'Empire français et la Suède, qu'au préalable la Suède n'ait renoncé à la possession de l'île française de la Guadeloupe »[34]. L'écroulement rapide de l'empire napoléonien, quelques mois plus tard (avril 1814), et le traité de paix de Paris ne laissent pas le temps aux Suédois de remplacer les Britanniques sur l'île : l'article 9 du traité confirme que la Suède laisse la Guadeloupe à la France. L'épisode des Cent-Jours replace la Guadeloupe sous occupation anglaise, et le deuxième traité de Paris de novembre 1815, redonne la souveraineté française sur la Guadeloupe. Pour l'anecdote, la Grande-Bretagne dédommagea la Suède de ces retournements de situation avec une somme de 24 millions de francs au profit du trésor suédois, versée sous forme de rente à perpétuité aux monarques suédois (Guadeloupefonden[35], en langue suédoise), rente qui fut close en 1983, après accord entre le roi de Suède et le parlement suédois.

Institutionnalisation républicaine dans l’empire colonial

Entre 1816 et 1825 une série de lois propres à l'île sont promulguées. Les institutions municipales voient le jour en 1837.

Le 16 mars 1878, Saint-Barthélemy est cédée de nouveau par le Royaume de Suède à la France qui l’incorpore dans l’Empire français au sein de la Guadeloupe.

En 1848, sous la Deuxième République, l'esclavage est finalement aboli définitivement. En effet, le gouvernement provisoire de 1848 annonce le 4 mars la création d'une commission en vue de l'abolition, présidée par Victor Schœlcher, sous-secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies. Le décret d'abolition est signé le 27 avril 1848. À l'occasion des élections législatives d'août 1848, la Guadeloupe désigne trois députés. Schœlcher est élu à la fois en Guadeloupe et en Martinique, mais opte pour cette dernière et cède son siège guadeloupéen à un nouvel affranchi noir, Louisy Mathieu. L'année suivante, il est élu député de la Guadeloupe à l'Assemblée législative.

Composition de la population guadeloupéenne en 1848[36]
Population Nombre d'esclaves Blancs Libres de couleur
129 778 87 087 9 946 32 745

L'immigration africaine après l'abolition de la « traite négrière » et de l’esclavage (1852-1861)

Quelques années après le décret du 27 avril 1848, « le recours à l’Afrique comme territoire de recrutement d’immigrants » est mis à l’ordre du jour. Le 14 mai 1852, un encart paraît dans le journal L’Avenir dans lequel un M.  Boissard « annonce son prochain voyage en France afin d’obtenir du gouvernement l’autorisation d’importer dans la colonie des cultivateurs africains ». Deux plus tard, un M. Chevalier propose au ministre des Colonies l’aval pour « introduire » 4 à  5 000 Africains. Ces demandes, pressantes, vont se multipliant. Dans le fonds ministériel des archives d’outremer, l’historien guadeloupéen Raymond Boutin recense les correspondances du ministre des Colonies avec plusieurs entrepreneurs : Maes, Santelli, Simon. Le lobby des indemnitaires (les colons percevant l’indemnité de six millions de francs en vertu de la loi du 30 avril 1849 « pour dédommagement de la libération de près de leurs 248 500 esclaves »[4]) obtient, auprès du gouvernement, la signature d’un traité avec la Compagnie générale maritime par lequel celle-ci « s’engageait à fournir à la Guadeloupe 600 travailleurs de 12 à 25 ans ». Néanmoins, cette opération migratoire, pour plusieurs raisons liées à la reprise des activités de traite sur les ports et comptoirs africains[37], fut de courte durée et, semble-t-il, « seuls 71 engagés furent débarqués du Siam à Pointe-à-Pitre ». C’est ainsi que le 4 mars 1857, la maison Régis de Marseille s’engage à fournir 10 000 Africains sur les 3 à 6 années à venir[38].

Le dernier convoi d'Africains débarque le 20 juillet 1861. Au début du mois, le traité franco-britannique mettait un terme officiel à cette immigration dont « les conditions  de recrutement avaient vivement ému l’opinion britannique qui considérait ce trafic comme une traite déguisée et une incitation au développement de l’esclavage en Afrique »[38]. Laconiques, les Notices coloniales publiées à l'occasion de l'exposition universelle d'Anvers en 1885 s'en tiendront à l’enchaînement juridique sans en mentionner les motifs.

Le recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique ayant été interdit en 1859, le Gouvernement français, après de nombreuses négociations, signa avec le Gouvernement anglais la convention du 1er juillet 1861 qui permettait de recruter pour les colonies françaises des travailleurs sur les territoires indiens appartenant à la Grande-Bretagne et d’embarquer les immigrants sujets de Sa Majesté Britannique, soit dans les ports français de l’Inde.[39]

Pourtant, c'est essentiellement en raison de la prohibition du « recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique », suite aux campagnes de presse menées par les réseaux abolitionnistes anglais, que le gouvernement français se tourne vers l’Inde et parvient à s’entendre avec la couronne britannique[38].

L’immigration indienne suite à l’interdiction de l’immigration africaine (1854-1890)

Bien avant 1848, en anticipation de l'abolition prochaine de l'esclavage, l'Île Maurice a recours à des travailleurs indiens engagés par contrat, dès 1819. Sitôt que les créoles de Guadeloupe en apprennent l’existence, l’un d’eux, Reiset, y voit une formidable « possibilité » : selon lui, cette main d'oeuvre permettrait de « donner aux esclaves l’exemple du travail agricole fourni par des hommes libres »[38].

Le 24 décembre 1854, à bord de l'Aurélie, les premiers immigrants indiens débarquent en Guadeloupe. Il s'agira du plus faible contingent.

Ils épousent la condition de « nègre »[40], les raisons de leur venue et leurs modalités - dans la promiscuité de bateaux sur-occupés, la proie de la vermine et de maladies de toute sorte - étant analogues. D'ailleurs, « Sur l’habitation, les Indiens héritent des cases qui ont autrefois servi à abriter les esclaves » fait observer Raymond Boutin. En tout point similaire à la condition des Africains les ayant précédé, « ils sont corvéables à merci et doivent de longues heures de journée de travail qui dépassent bien souvent la durée fixée par contrat ». Aussi, comme leurs devanciers, « la mortalité est le trait dominant de la démographie des Indiens ». Ce qui ressort des témoignages de « personnalités étrangères au monde de l'habitation », telle que MM. Guilliod et Avril dans les années 1870, est la prégnance de la matrice esclavagiste à travers un recours irrationnel et sadique à la violence[41]. Une violence illégale autorisée - un trait caractéristique du système plantationnaire - par la corruption et, surtout, la « complaisance de ceux-là mêmes qui ont pour mission d'assurer leur protection ». Pour échapper à ces sévices, des Indiens désertent et vagabondent, si bien que l’on pourrait dire, qu’à leur tour aussi, ils marronnent. Certains, grâce à la complicité de marins pêcheurs et de propriétaires d'embarcation, gagnent la Dominique et Antigue. L’incendie est un de leur « mode de protestation ». En cela, fait remarquer Raymond Boutin, « ils reprennent à leur compte un mode de protestation déjà en cours pendant l’esclavage et très en vogue dans les années qui suivirent l’émancipation »[38].

Les immigrants indiens embarquent depuis la Côte de Coromandel, Pondichéry, de Madras, de la côte de Malabar ou de Calcutta. Ils sont majoritairement tamouls. Cette population indienne s'accroît considérablement, passant de 5 761 personnes en 1860 à 21 805 en 1885. En 1925, Raymond Poincaré décide d'octroyer définitivement la nationalité française aux ressortissants indiens ainsi que le droit de vote[42].

L'engagement dans l'armée française

En tant que citoyens français, de nombreux Guadeloupéens sont mobilisés comme soldats lors des deux guerres mondiales.

Le gouvernement de Vichy en Guadeloupe : « an tan Robè »

De septembre 1939 à la fin juin 1943, l'amiral Robert est commandant en chef de l’Atlantique Ouest et haut commissaire de France aux Antilles, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Guyane. Bien qu'il refuse la résolution votée le par le Conseil général de la Guadeloupe proclamant sa volonté de poursuivre le combat aux côtés des Alliés avec l'Empire français d'outre-mer et qu'il se place sous l'autorité du gouvernement de Vichy, il négocie en août 1940 avec les représentants du gouvernement des États-Unis des facilités d'achat de denrées alimentaires et de matériel dans ce pays et n'obéit pas, en 1943, aux injonctions de Pierre Laval de saborder les navires et avions de guerre français stationnés aux Antilles et de détruire le stock d'or de la Banque de France transféré à Fort-de-France depuis juin 1940. Cependant, Constant Sorin, le gouverneur de la Guadeloupe de 1940 à 1943, applique les décisions de Vichy en supprimant le conseil général en octobre 1940 et en nommant les conseils municipaux. Si bien des Békés, fonctionnaires, commerçants ou employés adhèrent la Révolution nationale, des Guadeloupéens participent aussi à la Résistance extérieure en rejoignant les Forces françaises libres : c'est ce que les Antillais appellent entrer en « dissidence ». En juillet 1943, l'amiral Robert quitte ses fonctions et la Guadeloupe est placée sous l'autorité du Comité français de libération nationale.

Départementalisation et régionalisation

Le , les anciennes colonies de l’Empire français font place à l’Union française, mais celle des Antilles françaises se rapprochent du statut de la métropole et deviennent des départements d’outre-mer : la Guadeloupe et la Martinique (le département de la Guadeloupe intégrera aussi Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans un arrondissement spécial).

Avec l'arrivée des socialistes au pouvoir en France, la loi de décentralisation est votée en 1982 et la région de la Guadeloupe est créée, s'intégrant aux 22 régions de France métropolitaine. Dans la foulée, le Conseil régional de la Guadeloupe voit le jour en 1983.

Conflits sociaux

Le , dans la commune du Moule, une grève est organisée par les ouvriers de l'usine Gardel en raison d'un retard dans l'application du relèvement du salaire minimum garanti. Des barrages sont érigés par les grévistes. La tension monte et finalement, les gendarmes et CRS présents sur place tirent sur la foule. Le communiqué officiel de l'époque publié par le ministère de l'intérieur dans la presse métropolitaine 4 jours plus tard parle de légitime défense après que les forces de l'ordre aient reçu « des coups de feu blessant un officier et plusieurs gendarmes et C.R.S (...) et des bombes incendiaires » Le bilan est de 4 morts, tous du côté des manifestants, et de 14 blessés. Selon certains témoignages[réf. nécessaire], certaines victimes n'avaient pas de lien direct avec la grève. Localement ces événements sont appelés le massacre de la Saint-Valentin[43].

De nouvelles émeutes ont lieu les 25, 26 et 27 mai 1967 lors des manifestations ouvrières en vue d'obtenir une augmentation salariale de 2,5 %. Ces manifestations donnent lieu à des affrontements avec les CRS, qui ouvrent le feu sur la foule, et entraînent la mort de 5 à 87 personnes, selon les sources, dont Jacques Nestor, un célèbre militant du GONG et plusieurs blessés[44]. Les personnes arrêtées seront relâchées par la cour.

En 2009, l'ensemble des secteurs économiques de l'île sont paralysés par une grève générale qui durera un mois et demi, les grévistes dénonçant notamment les prix des biens de consommation de base[45].

Évolution statutaire de la Guadeloupe

Le , la « Déclaration de Basse-Terre » est signée. Les présidents de Région des DFA proposent au président de la République et au Gouvernement une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d'Outre-mer doté d'un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République française d'une part, et de l'Union européenne d'autre part (article 299-2 du Traité d'Amsterdam).

L’égalité des droits sociaux en outre-mer fut longue à atteindre. Ainsi, les Guadeloupéens n’ont bénéficié du Smic et du RMI métropolitains qu’en 1996 et 2002[46],

Le , les électeurs de Guadeloupe ont rejeté à 73 %, le projet de création d'une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire. Le même jour, les électeurs de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont voté en faveur de l'autonomie de leurs communes, devenues par la loi organique du 21 février 2007 deux Collectivités d'outre-mer (COM) distinctes des autres dépendances et de la Guadeloupe.

Le , débutent les grèves générales du L.K.P Liyannaj Kont Pwofitasyon (Union contre les profiteurs) qui dureront jusqu'au 4 mars. Ce collectif rassemble 48 organisations syndicales, associatives et politiques. C'est la première fois que l'on assiste à une telle union de la société civile qui élabore une plateforme de revendications balayant l'ensemble des problèmes de l’île. Jusqu'à 100 000 personnes, soit 1/4 de la population, défilent dans les rues. Le LKP se livre alors à une mise en accusation publique de l'État français en décortiquant les mécanismes d'un système inégalitaire[47]. Ces 44 jours de paralysie affaiblissent l'économie de la Guadeloupe et révèlent un profond malaise social sur fond de crise économique.

En avril 2009, pour trouver des réponses à la crise sociale en outre-mer, Nicolas Sarkozy ouvre les États généraux ; de nombreux ateliers dont l'atelier gouvernance propose un projet d'évolution statutaire à caractère autonome (art. 74 de la constitution) et un projet d'évolution institutionnelle (simplification administrative) relevant de l'assimilation législative (art. 73 de la Constitution)[48] soumis à consultation référendaire, à l'instar de la Martinique et la Guyane[49]. Les populations de ces dernières se sont prononcées en deux référendums en janvier 2010, rejetant l'autonomie en faveur de la simplification administrative (fusion des assemblées départementale et régionale).

À la demande du président de région, Victorin Lurel, la Guadeloupe décide un report de dix-huit mois des consultations populaires, vu la proximité des scrutins régionaux et la pluralité des évolutions statutaires sollicitées par elle-même et par ses dernières dépendances. Ce délai supplémentaire accordé par le chef de l'État, devait permettre la finalisation du projet guadeloupéen et celui ou ceux des îles du sud[50],[51][source insuffisante]. Mais en définitive, la Guadeloupe et ses dépendances s'inscriront dans la réforme nationale des collectivités territoriales.

Population et société

Démographie

Article détaillé : Démographie de la Guadeloupe.

(Les données démographiques ne tiennent pas compte de Saint-Martin et Saint-Barthélemy)

Démographie du département de la Guadeloupe
Année 1664 1789 1879 1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
Habitants 11 437 106 593 174 231 276 545 305 312 315 848 317 269 353 431 386 566 400 736 404 635 394 110

Population

Au , la population de la Guadeloupe était estimée à 403 314 habitants, alors qu'en 2007, la Guadeloupe comptait 400 584 habitants ; sur ces cinq années, la croissance démographique a été de l'ordre de 0,1 % par an[52], croissance inférieure à celle de la France métropolitaine (+ 0,5 % par an), sur la même période. Cela s'explique par un solde migratoire négatif (-0,6 % par an), les nombreux départs vers la métropole étant dus aux difficultés économiques du département, à l'origine d'un taux de chômage élevé (28,7 % au recensement de 2012).

Densité de population

En 2012, la densité de population moyenne du département était de 247,7 hab./km2 contre 116,5 au en France métropolitaine ; de plus, un tiers des terres de l'archipel est consacré à l'agriculture et les zones montagneuses ne sont pas habitables, ainsi l'espace et le logement viennent à manquer. Située à la jonction des deux grandes îles de la Guadeloupe, l'agglomération pointoise (soit Pointe-à-Pitre, Les Abymes, Baie-Mahault, le Gosier et sept autres communes), regroupe à elle seule 257 361 habitants en 2012[53], soit 63,8 % de la population du département ; c'est la 25e agglomération urbaine de France par sa population. Dans cette zone, la densité moyenne est de 353 hab./km2, tandis qu'à Marie-Galante elle n'est que de 71 habitants/km².

Composition de la population

Les Guadeloupéens sont majoritairement noirs, métis ou mulâtres, avec une présence de minorités blanches, indiennes, ou du Moyen-Orient.[réf. nécessaire] De plus, ce département est plutôt jeune par rapport aux autres départements français[réf. nécessaire].

Immigration dans la collectivité

La relative richesse de la Guadeloupe contraste avec la très grande pauvreté de plusieurs îles de la région des Caraïbes ; ainsi, la collectivité s'apparente à un Eldorado pour les populations de ces territoires. De plus, d'autres facteurs, comme l’instabilité politique, et les catastrophes naturelles expliquent cette immigration. Dès les années 1970, les premiers immigrés clandestins d’origine haïtienne arrivèrent en Guadeloupe pour satisfaire un besoin de main-d'œuvre dans le secteur agricole ; à côté de cette immigration haïtienne, plus visible parce que plus nombreuse, la Guadeloupe a également connu l’arrivée et l’installation de populations de l’île de la Dominique et de la République dominicaine. En 2005, la préfecture qui représente l’État en Guadeloupe, avance les chiffres de 50 000 à 60 000 étrangers dans le département[54].

Enseignement

Les îles de la Guadeloupe comptent au total :

  • 41 collèges et 30 lycées (dont 13 d'enseignement général, 1 lycée agricole, 1 lycée hôtelier et 7 lycées privés) ;
  • deux campus locaux de l'Université des Antilles ;
  • la « cité de la connaissance » comprenant un campus sanitaire et social, l'« Université des métiers » qui comporte un centre de formation pour apprentis (CFA), un pôle régional des arts et des spectacles, ainsi qu'une résidence étudiante ;
  • trois antennes de l'école régionale de la deuxième chance.