Parlement grec
Βουλή των Ελλήνων
'Voulí tôn Ellínôn'

17e législature de la IIIe République

Description de l'image Hellenic Parliament logo.svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Président Níkos Voútsis (SYRIZA)
Élection 4 octobre 2015
Structure
Membres 300
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques

Gouvernement (150) :

  • SYRIZA (144)
  • Indépendants (6)

Soutien sans participation (2) :

  • Indépendants (2)

Opposition officielle (78) :

Autres oppositions (69) :

Élection
Dernière élection Élections législatives du 20 septembre 2015

Ancien Palais royal, place Syntagma, Athènes.

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web http://www.parliament.gr/fr

Le Parlement grec ou Voulí[1] (en grec moderne : Βουλή των Ελλήνων (Voulí ton Ellínon), littéralement « Conseil des Grecs ») est le parlement monocaméral de la Grèce, composé de 300 députés (« βουλευτές / vouleftes ») élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct par les citoyens grecs.

Le siège du Parlement se situe sur la place Syntagma (place de la Constitution) à Athènes.

Machine à voter dans l'hémicycle

Histoire

Bien que, dès l’époque de la guerre d’indépendance, des assemblées (comme celle d’Épidaure en 1821-1822) se soient réunies pour décider du sort de la Grèce, le premier Parlement national n’est convoqué qu’après le coup d'État du 3 septembre 1843, dirigé contre la volonté de monarchie absolue du roi Othon Ier. Après cet événement, le souverain d’origine bavaroise est obligé d’accepter la mise en place d’une constitution et d’un régime parlementaire.

Peu après la destitution d’Othon Ier et son remplacement par le roi Georges Ier (qualifié de « roi des Hellènes » et non plus de « roi de Grèce » comme son prédécesseur), une nouvelle constitution est mise en place en 1864 et les pouvoirs du Parlement s’accroissent. En 1911, une série d’amendements constitutionnels mis au point par le Premier ministre Elefthérios Venizélos permet de moderniser encore les institutions grecques et d’accroître les prérogatives de l’Assemblée. Cependant, le roi conserve d’importants pouvoirs et la politique de Constantin Ier durant la Première Guerre mondiale montre qu’il est encore possible au monarque de gouverner sans trop se soucier de l’avis des représentants de la Nation.

La Deuxième République hellénique, voulue dès 1922 par le général Nikólaos Plastíras, est proclamée au moment du référendum du 13 avril 1924, mais ce n’est qu’en 1974 que le système républicain s’impose réellement dans le pays. Après plusieurs restaurations monarchiques et sept années de dictature militaire, un référendum instaure la république parlementaire par 69,18 % des voix.

Système électoral

La Voulí est composée de 300 sièges pourvus tous les quatre ans selon un mode de scrutin principalement proportionnel auquel s'adjoint une prime majoritaire. 250 députés sont ainsi élus au scrutin proportionnel plurinominal avec listes ouvertes et seuil électoral de 3 % dans 59 circonscriptions électorales. L'une d'entre elles, représentant douze sièges, couvre l'ensemble du pays, tandis que les autres le découpe à raison de 1 à 18 sièges par circonscription, en fonction de leurs population. Parmi celle ci, sept ne comportent ainsi qu'un seul siège. Le mode de scrutin dans ces dernières y est par conséquent de facto uninominal majoritaire à un tour. Enfin, la liste arrivée en tête au niveau national se voit attribuer une prime correspondant aux 50 sièges restants[2].

Les listes étant dites ouvertes, les électeurs ont la possibilité d'effectuer un vote préférentiel pour jusqu'à quatre candidats de la liste pour laquelle ils votent, afin de faire monter leurs places dans celle çi[3]. Une fois les bulletins dépouillés, les 243 sièges à la proportionnelle sont répartis selon la méthode de Hagenbach-Bischoff entre toutes les listes ayant franchit le seuil de 3 % des votes valides, et les candidats ayant recueillit le plus de voix en leur noms dans chacune des listes se voient attribués un siège en priorité[2].

Cependant, lorsque les dernières élections législatives ont eu lieu moins de dix-huit mois avant la tenue du scrutin, les députés sont élus sur des listes bloquées constituées par les partis politiques, sans possibilité de vote préférentiel[4].

L'âge minimal pour se présenter à la députation est de 25 ans. Le vote est obligatoire pour tous les électeurs de moins de 70 ans, avec une peine de prison théorique allant de un mois à un an, mais aucune condamnation n'a jamais eu lieu[2]. En 2019, le droit de vote est abaissé de dix huit à dix sept ans[5].

Jusqu'en 2019, le pays était divisé en 56 circonscriptions avec un nombre de sièges variant de 1 à 42, en fonction du nombre de citoyens de chaque circonscription. Le scrutin voit alors le nombre de circonscription passer de 56 à 59 en raison du morcellement de la circonscription d’Athènes B, qui comportait auparavant 44 sièges à elle seule[6].

Vu l'importance de la prime majoritaire (16,7 % des sièges), un parti n'a besoin que de 40,4 % des suffrages exprimés, au plus, pour obtenir une majorité absolue de sièges au Parlement[7]. Ce pourcentage minimum nécessaire diminue à mesure qu'augmente le nombre de partis réunissant des suffrages sans pour autant atteindre le seuil de 3 %. Il est calculé en multipliant le pourcentage total de ceux ci par 101250, puisqu'il s'agit d'obtenir au moins 101 des 250 sièges attribués à la proportionnelle. En mai 2012, le total des voix des 7 partis ayant dépassé les 3 % a été légèrement inférieur à 81 % des votes exprimés. Il aurait donc suffi qu'un des partis récolte 32,8 % des suffrages pour obtenir la majorité absolue (= 81 × 101250).

Bâtiment

Avant de prendre ses quartiers dans l’actuel Parlement grec, l’Assemblée nationale grecque est d’abord installée rue Stadiou, entre 1843 et 1854 puis de nouveau entre 1875 et 1932. Par la suite, le bâtiment de l'Ancien Parlement (en) est transformé en musée national d’histoire grecque.

Le monument actuel est une vaste bâtisse de trois étages, construite dans le style néoclassique par l'architecte allemand Friedrich Wilhelm von Gärtner afin de servir de palais à Othon Ier de Grèce. Après avoir été largement détruit lors d’un incendie la veille de Noël 1909, le bâtiement connait une longue période de rénovation tandis que la famille royale emménage dans le « palais du diadoque » (actuel palais présidentiel). Malgré tout, le souverain et sa famille continuent à fréquenter sporadiquement le palais jusqu’en 1923, date à laquelle Georges II doit abandonner le pays.

Pendant la Deuxième république, le bâtiment change plusieurs fois de fonction et est notamment utilisé comme hôpital et comme musée. C’est seulement en novembre 1929 que le gouvernement décide d'en faire le nouveau siège du Parlement. En 1935, la monarchie est restaurée en Grèce en la personne du roi Georges II mais l’ancienne résidence royale conserve sa fonction de palais du parlement.

La Tombe du soldat inconnu (Μνημείο του Αγνώστου Στρατιώτη / Mnimío tou Agnóstou Stratiotí), gardée par les Evzones de la garde présidentielle, est située sur l'esplanade du palais.

Aujourd’hui, plusieurs améliorations du bâtiment du Parlement sont en cours (comme un parc de stationnement souterrain de 800 places) afin de lui permettre d’assurer ses fonctions de manière plus efficace.

Présidents